U.G Krishnamurti « citations »

Poster un commentaire

Être soi-même exige une extraordinaire intelligence. La «bénédiction» de cette intelligence, vous la possédez

UG Krishnamurti

Qu’est-ce qui vous empêche d’être dans votre état naturel ? Vous vous éloignez constamment de vous-même. Vous voulez être heureux soit en Permanence soit au moins pour tel instant précis. Vous n’êtes pas satisfait de vos expériences quotidiennes : il vous en faut de nouvelles. Vous voulez vous « perfectionner », vous changer. Vous projetez votre effort vers la réalisation d’un personnage que vous n’êtes pas. Voilà ce qui vous éloigne de vous-même…

La société vous a présenté l’idéal d’un homme parfait. Quel que soit le milieu culturel où vous êtes né vous disposez de doctrines scripturaires et de traditions que l’on vous met en main pour vous dire comment vous comporter. Vous avez des commandements à observer, des vertus à cultiver. On vous dit qu’à la faveur d’une pratique appropriée vous pouvez même parvenir à l’état réalisé par les sages, les saints et les sauveurs de l’espèce humaine… Et vous en venez à contrôler votre comportement et vos pensées et à devenir un être « dénaturé ».

Nous vivons tous dans une « sphère mentale ». Vos pensées ne sont pas votre propriété : elles appartiennent à tout le monde. Ce ne sont que des pensées mais vous créez une contrepartie : le « penseur » qui lit chaque pensée. Votre effort pour contrôler la vie a créé un mouvement secondaire de pensée en vous et vous l’appelez « JE ». Ce mouvement de pensée en vous est parallèle au mouvement de la vie mais il en est séparé, il ne peut jamais être en contact avec la vie. Vous êtes une créature vivante et cependant vous menez votre vie entière dans le domaine de ce mouvement de pensée isolé et parallèle. Vous vous retranchez de la vie – et c’est contre-nature.

L’état naturel n’est Pas un état sans pensée : c’est là l’un des plus grands canulars perpétrés des siècles durant à l’égard de pauvres Indiens sans défense… Vous ne serez jamais sans pensée tant que le corps ne sera pas réduit à l’état de cadavre, un cadavre très mort ! Etre capable de pensée est nécessaire à la survie. Mais dans l’état naturel la pensée cesse de vous étrangler ; elle revient à son rythme naturel. Il n’existe plus de « vous » pour lire les pensées et les prendre pour les « siennes ».

Avez-vous jamais observé ce mouvement parallèle de la pensée ? Les grammaires vous diront que JE est la première personne, pronom singulier etc. mais au fond ce n’est pas là ce que vous désirez savoir. Pouvez-vous regarder cette chose que vous appelez JE : c’est une notion très évanescente : observez-la maintenant, ressentez-la, touchez-la et donnez m’en des nouvelles. Comment l’observez-vous ? Et qui est cela en train de regarder ce que vous appelez JE. C’est là le problème crucial. Celui qui observe ce que vous appelez JE est effectivement le JE. Il crée une illusoire division de lui-même entre sujet et objet et c’est cette division qui lui confère une continuité. C’est en fait une nature divisionnelle qui opère en vous dans votre conscience. La continuité de sa propre existence est tout ce qui l’intéresse. Aussi longtemps que vous voudrez comprendre ce « vous » ou le transformer en une entité spirituelle, une entité sainte, belle ou merveilleuse, ce vous va continuer. Si vous ne vous souciez pas de l’entretenir, il n’est plus là, il a disparu…

Comment comprenez-vous ce que je viens de dire ? J’ai fait cet exposé à toutes fins utiles : « Ce qui est observé n’est pas autre que celui qui observe ». Que ferez-vous pratiquement d’un tel énoncé ? Quel instrument avez-vous à votre disposition pour saisir ce non-sens, cet expose illogique, irrationnel ? Vous allez penser. Par la vole de la pensée, vous ne pourrez rien comprendre. Vous traduisez ce que j’ai dit en termes d’une connaissance que vous possédez déjà comme vous le faites d’ailleurs pour tout le reste afin d’en tirer quelque chose. Quand vous cesserez de procéder de cette manière ce que j’ai décrit sera mis en oeuvre. L’absence de toute intervention – effort pour comprendre ou pour vous transformer – est effectivement l’état d’être que j’ai décrit.

Y a-t-il un au-delà ? Parce que vous ne vous intéressez pas au quotidien ni a ce qui se passe autour de vous, vous avez inventé ce que l’on appelle l’au-delà, l’Intemporel, Dieu, la Vérité, la Réalité, Brahman, l’Illumination et que sais-je encore ? et vous êtes à la recherche de cela. Mais il se peut qu ‘il n’y ait pas d’au-delà… Vous ne savez absolument rien de cet « au-delà » ; ce que vous savez, c’est ce qu’on vous a dit et c’est cette connaissance que vous projetez et c’est de cette connaissance que vous ferez l’expérience : la connaissance crée l’expérience et l’expérience vient renforcer la « connaissance ».

Ce que vous savez ne peut jamais être l’«au-delà ». Ce que vous expérimentez n’est pas l’au-delà. S’il y a un au-delà le mouvement de votre «vous » en est absent. L’absence d’un tel mouvement est probablement l’au-delà… Pourquoi essayez-vous d’expérimenter ce qui ne peut l’être ?

Vous devez toujours reconnaître ce que vous regardez, sinon vous n’êtes pas là. Dès l’instant où vous interprétez, le « vous » est là. Vous regardez un objet et vous reconnaissez qu’il s’agit d’un sac, un sac rouge. La pensée intervient dès lors dans la sensation en l’interprétant. Pourquoi intervient-elle et pouvez-vous l’empêcher : dès que vous voyez un objet un mot surgit : «sac» ou, suivant les cas : «banc», «rampe», «marche»… ou encore « l’homme aux cheveux blancs qui est assis là ». Et cela tourne indéfiniment vous allez répétant tout cela à vous-même en permanence. Ou encore vous vous préoccupez d’autre chose « je vais être en retard au bureau »… Autrement dit vous pensez toujours à quelque chose qui n’a pas la moindre relation avec la manière dont vos sens fonctionnent à ce moment précis. C’est cela ou la répétition du nom de l’objet : « C’est un sac, un sac rouge », etc. Le mot « sac » vous sépare de la vision créant par là-même le « vous », sinon il n’y aurait pas d’espace entre les deux.

Chaque fois qu’une pensée nait, vous naissez. Quand elle disparait vous disparaissez. Mais le vous ne permet pas que la pensée disparaisse puisque c’est précisément le mental qui donne à ce «vous» la continuité. En réalité, il n’y a en vous aucune entité permanente, aucun bilan de vos pensées et de vos expériences. Vous croyez qu’il y a quelqu’un qui pense vos pensées, qui ressent vos sentiments : c’est une illusion, je peux vous le dire, mais ce n’est pas une illusion pour vous…

Vos émotions sont plus complexes mais c’est le même processus. Pourquoi éprouvez-vous le besoin de vous dire à vous-même que vous êtes irrité, jaloux de quelqu’un d’autre ou que le sexe vous tracasse ? (je ne parle pas ici du passage éventuel à l’action.) Il y a une sensation en vous et vous vous dites déprimé… insatisfait… bienheureux… jaloux… avide… envieux… Ces étiquettes appellent à l’existence celui qui interprète les sensations. Ce que vous appelez JE n’est autre que le mot : « sac rouge », « banc », « ampoule électrique »… « bienheureux », « jaloux », etc. Vous exigez de vos cellules cérébrales une activité inutile… en détruisant l’énergie qui est là en réserve. Cela ne sert à qu’à vous épuiser.

Cet etiquettage est nécessaire quand vous avez à communiquer avec quelqu’un d’autre ou avec vous-même mais c’est en permanence que vous communiquez avec vous-même et pourquoi ? La seule différence qui existe entre vous et la personne qui parle tout haut, c’est que vous, vous ne parlez pas tout haut. Dès que cela vous arrive, voici venir le psychiatre. Ce type-la bien sûr fait exactement comme vous : il se parle tout le temps à lui-même – «sac rouge», «obsessif», «compulsif», «complexe d’Oedipe», «avide», «banc», «martini»… Et il décide que pour vous ça ne tourne pas rond et il vous installe sur son divan et s’applique à vous transformer pour vous aider…

Pourquoi ne laissez-vous pas en paix vos sensations ? Pourquoi les traduire ? Vous le faites parce que si vous ne communiquez pas avec vous-même, vous n’êtes plus là. C’est là une perspective qui est effrayante pour le «vous».

Tout ce dont vous faites l’expérience : paix, joie, silence, béatitude, extase et Dieu sait quoi ! est connaissance ancienne et de seconde main… Le fait même que vous etes en etat de béatitude et de formidable silence implique que vous connaissez déjà ces états. Il faut déjà connaître une chose pour en faire l’expérience. Cette connaissance n’a rien de merveilleux ou de métaphysique. Pouvez-vous faire l’expérience d’une chose aussi banale que ce banc « assis » là en face de vous ? Mais non : vous expérimentez la connaissance que vous en avez et dont la source est toujours un mécanisme extérieur. Vous pensez les pensées de votre milieu social, vous ressentez les sensations de votre milieu social et vous vivez les expériences de votre société ; il n’y a pas de nouvelles expériences.

Il en résulte que tout ce que l’homme a jamais pensé ou senti doit sortir de votre organisme. Et vous êtes le produit de toute cette connaissance c’est tout ce que vous êtes…

Qu’est-ce que la pensée ? Vous n’en savez absolument rien – sinon ce qui vous a été dit sur ce que vous appelez « pensée ». Qu’allez-vous faire d’elle : la façonner, la contrôler, lui donner une forme… ou l’interrompre ? Vous passez votre temps à exercer une action sur elle parce qu’on vous a suggéré d’effectuer tel ou tel changement, de vous en tenir aux « bonnes pensées » et d’éliminer les « mauvaises ». Les pensées sont ce qu’elles sont ni bonnes ni mauvaises. Aussi longtemps que vous aurez le désir d’agir sur elles, vous obéissez à leur mouvement : vouloir et penser sont une seule et unique chose. Vouloir comprendre implique un mouvement de pensée, et ce mouvement, vous le perpétuez, vous lui conférez sa continuité…

Le fonctionnement de vos sens est « dénaturé » parce que vous voulez en tirer quelque chose. Pourquoi ? Parce que vous désirez que votre « vous » continue. Vous protégez cette continuité. La pensée est un mécanisme protecteur : elle protège le « vous » aux dépens de quelque chose ou de quelqu’un d’autre. Tout ce qui est issu de la pensée est destructeur et en fin de compte vous détruira, vous et votre espèce…

C’est le mécanisme répétitif de la pensée qui vous épuise – et que pouvez-vous donc faire pour vous en sortir ? C’est la seule et unique question et toute réponse qui vous sera donnée ne fait que renforcer le mouvement de la pensée… Alors que faire ? Rien du tout. Ce mouvement est trop puissant : il dispose d’une force de vie accumulée au cours de millions d’années. Vous êtes totalement impuissant et vous n’êtes même pas conscient de votre impuissance.

Si vous pratiquez quelque système de maîtrise mentale, automatiquement le « vous » est là poussé par là même à la continuité. Avez-vous jamais médité réellement, sérieusement ? ou connaissez-vous quelqu’un qui l’ait fait ? Non, personne ne le fait… Si vous méditiez sérieusement vous tourneriez en rond dans l’asile de fous. Et vous ne pouvez pas davantage pratiquer l’attention totale appliquée à être conscient de chaque instant de votre vie. Vous ne pouvez pas être pleinement conscient : « vous » et votre conscience ne peuvent coexister. Si vous pouviez une seconde seulement, une seule fois dans votre vie vous trouver en état de conscience pure (awareness) votre continuité claquerait net, l’illusion de la structure expériencielle, le « vous » – tout cela s’effondrerait et tout retomberait dans le rythme de l’état naturel. Cet état où vous ne savez pas ce que vous regardez, cela c’est vraiment la conscience pure. Si vous re-connaissez ce que vous regardez, vous êtes là de nouveau en train d’expérimenter le passé – ce que vous savez.

Ce qui réintègre une personne dans son état naturel, cette personne et non telle autre, je n’en sais rien. Peut-être est-ce inscrit dans les cellules. C’est a-causal. Ce n’est pas de votre part un acte «volontariste» vous ne pouvez pas le provoquer. Il n’y a rien que vous puissiez faire. Vous pouvez vous méfier de l’homme qui vous dit comment il a assumé cet état. Il y a une chose dont vous pouvez être sûr, c’est qu’il ne le sait pas lui-même et n’a pas la possibilité de vous le communiquer. Il y a dans la structure du corps un mécanisme de détente. Si la structure expériencielle se relâche l’autre processus prend le relai à sa manière propre. Le fonctionnement du corps est dès lors totalement différent sans l’interférence de la pensée sauf en cas de nécessité pour communiquer avec quelqu’un. Pour employer la formule du «ring», vous n’avez plus qu’à « jeter la serviette » et déclarer forfait. Personne ne peut vous venir en aide et vous ne pouvez pas vous aider vous-même.

Cet état naturel ne vous intéresse pas : vous ne vous attachez qu’à la continuité. Sans doute désirez-vous continuer à un autre niveau, en fonction d’une dimension différente mais quoiqu’il en soit vous voulez continuer. Pour vous ce ne serait pas à prendre avec des pincettes ! Ce serait effectivement liquider tout ce que vous considérez comme «vous», moi supérieur, moi inférieur, âme, Atman conscient, subconscient etc. S’il vous vient quelque velléité, vous dites « il me faut du temps »… Alors intervient la sadhana et vous vous dites « Demain, je comprendrai»… Cette structure est née du temps et fonctionne dans le temps mais ce n’est pas dans le temps qu’elle parviendra à son terme. Si vous ne comprenez pas aujourd’hui, vous ne comprendrez pas demain. Pourquoi d’ailleurs voulez-vous comprendre ce que je dis ? Vous ne pouvez pas comprendre. C’est de votre part un exercice futile que de comparer mon mode de fonctionnement au vôtre. C’est une chose que je ne peux pas communiquer. En fait aucune communication n’est nécessaire. Aucun dialogue n’est possible. Quand le «vous» n’est pas là, quand le problème n’est pas là ce qui est, c’est la compréhension : c’est la fin du « vous », le « vous » s’en va. Vous n’écouterez plus celui qui décrit cet état et vous ne lui poserez plus de question sur la compréhension de cet état…

Ce que vous recherchez n’existe pas. Vous préfèreriez vous promener sur une terre d’enchantement, avoir la bienheureuse vision d’une transformation de votre soi inexistant afin de réaliser un état d’être évoqué a coup de formules magiques. C’est précisément cela qui vous arrache à votre « état naturel » – un mouvement en dehors de vous-même. Etre soi-même exige une extraordinaire intelligence. La «bénédiction» de cette intelligence, vous la possédez ; personne n’a besoin de vous la donner, personne ne peut vous la prendre. Celui qui la laisse s’exprimer à sa manière particulière est un homme naturel.

source

L’état naturel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s