J.Krishnamurti « Le bonheur créatif »

Poster un commentaire

Vous et moi avons intrinsèquement la capacité d’être heureux, d’être créatif, d’être en contact avec quelque chose qui est au-delà des griffes du temps

krishnamurti

Le bonheur créatif

Il est une ville près d’un fleuve magnifique auquel on accède par de larges et pro –
fondes marches qui descendent jusqu’à ses berges et le monde entier semble vivre sur
ces marches. Du début du jour jusqu’à longtemps après que la nuit soit tombée, elles
sont pleines de monde et de bruit ; et presque au niveau de l’eau, sur des marches
plus petites qui saillent des gens sont assis qui se perdent dans leurs espoirs et leur
aspiration, dans leurs dieux et leurs mélopées. Les cloches du temple sonnent, le
muezzin officie ; quelqu’un chante et une foule considérable s’est réunie et écoute
dans un silence appréciateur.

Lire la suite »

Publicités

J.Krishnamurti « Ce qui vous démoralise »

2 Commentaires

Nous sommes le problème ; le problème n’est pas dans ce que nous appelons la vie

krishnamurti

Ce qui vous démoralis

Il avait une petite activité et un très maigre salaire. Il vint avec sa femme qui vou –
lait discuter de leur problème. Ils étaient tous deux encore jeunes et, bien qu’ils aient
été mariés depuis quelques années, ils n’avaient pas d’enfants. Mais le problème
n’était pas là. Son salaire suffisait à peine à assurer leur existence en ces temps diffi-
ciles, mais sans enfants, ils réussissaient à survivre. Personne ne sait ce que réserve
l’avenir, bien que cela puisse parfois être difficilement pire que le présent. Il ne sem-
blait pas avoir envie de parler, mais sa femme fit remarquer que c’était nécessaire. Il
paraissait qu’elle l’avait entraîné presque de force, car il était venu contre sa volonté.
Mais quoi qu’il en soit, il était là et elle était contente. Lire la suite »

J.Krishnamurti « Cessation de la pensée »

Poster un commentaire

C’est la vérité qui libère, et non l’effort pour se libérer

krishnamurti

Cessation de la pensée

C’était un érudit très versé dans la littérature ancienne, et il avait coutume de faire
des citations pour appuyer ses dires. On pouvait se demander s’il avait vraiment des
pensées à lui, qui ne fussent pas sorties des livres. Certes, il n’y a pas de pensée indé –
pendante ; toute pensée est dépendante, conditionnée. La pensée est l’expression par
le langage des influences. Penser, c’est être dépendant ; la pensée ne peut jamais être
libre. Mais cet homme ne s’intéressait qu’à la culture ; il était encombré de connais-
sances, et il en faisait étalage. Il commença par s’exprimer en sanscrit, et fut très sur-
pris et même choqué que le sanscrit ne fût pas du tout entendu. Lire la suite »