J.Krishnamurti « La mort »

Poster un commentaire

L’isolement est du domaine de l’esprit et non de celui de la mort.

Krishnamurti la mort

La mort

D’un âge assez avancé, digne et calme, il avait les yeux clairs et souriait souvent. Il faisait froid dans la pièce et il s’était entouré d’un châle épais. S’exprimant en anglais, car il avait fait ses études à l’étranger, il déclarait qu’il travaillait pour le gouvernement et qu’il venait de prendre sa retraite, ce qui lui laissait beaucoup de temps libre. Il avait étudié diverses religions et philosophies, dit-il, mais ce n’était pas pour venir en discuter qu’il avait parcouru un si long chemin.

Il était très tôt, le soleil matinal jouait sur le fleuve dont l’eau resplendissait comme des millions de bijoux. Un petit oiseau jaune et vert prenait le soleil sur la véranda, tranquille et à l’abri.

— Ce pourquoi je suis venu, dit-il, c’est pour vous poser des questions ou peut-être pour que nous parlions ensemble de la chose qui me perturbe le plus: la mort. J’ai lu le Livre des Morts tibétain, ainsi que vos livres qui traitent de cette question. Les approches chrétienne ou islamique de la mort sont beaucoup trop superficielles. J’ai consulté nombre de maîtres religieux, ici et à l’étranger, mais en ce qui me concerne, leurs théories sont insatisfaisantes. J’ai beaucoup réfléchi à ce sujet et j’ai également médité, mais cela ne m’a guère aidé. Un ami qui vous avait entendu récemment m’a rapporté quelques-uns de vos propos et c’est pourquoi je suis venu. Pour moi, le problème n’est pas seulement la peur de la mort, la peur de ne plus être, mais il concerne également ce qui advient après la mort. C’est un problème que l’homme s’est posé tout au long des âges, et nul ne semble l’avoir résolu. Qu’en dites-vous?

Débarrassons-nous tout d’abord du besoin de fuir la réalité de la mort au travers d’une quelconque croyance, comme la réincarnation ou la résurrection, ou par le biais d’une rationalisation trop facile. L’esprit souhaite tellement trouver une explication raisonnable à la mort, ou une réponse satisfaisante à ce problème, qu’il tombe aisément dans l’illusion. Il nous faut prendre extrêmement garde à cela.

— Mais n’est-ce pas précisément l’une de nos plus grandes difficultés? Nous recherchons désespérément une certaine forme d’assurance, surtout chez ceux auxquels nous reconnaissons un savoir ou une grande expérience de la question. Et lorsque cela s’avère impossible à trouver, notre désespoir et notre espoir nous poussent à faire entrer en jeu nos propres théories réconfortantes et nos croyances. Et la croyance, de la plus insensée à la plus raisonnable, devient ainsi une nécessité.

Aussi satisfaisante que la fuite puisse être, elle ne nous permet jamais de comprendre un problème. C’est la peur qui provoque cette fuite. La peur provient du mouvement qui s’écarte du fait, de ce qui est. Et la croyance, aussi réconfortante soit-elle, porte en elle des germes de la peur. On se retranche devant la réalité de la mort parce qu’on ne veut pas la regarder, et les croyances et les théories constituent une issue de secours idéale. Car si l’esprit veut vraiment pénétrer l’extraordinaire signification de la mort, il doit rejeter sans résistance et de bonne grâce le besoin de chercher un réconfort plein d’espoir. Tout cela est évident, n’est-ce pas?

— Ne demandez-vous pas un peu trop? Pour comprendre la mort, nous devons être dans le désespoir, c’est bien ce que vous avez dit?

Mais non, pas du tout. Ne peut-il y avoir que le désespoir quand il n’y a pas cet état que nous appelons l’espoir? Pourquoi toujours penser par oppositions? L’espoir est-il le contraire du désespoir? Si tel est le cas, cet espoir porte en lui les germes du désespoir, et à un tel espoir se mêle de la peur. Si nous voulons vraiment comprendre, ne faut-il pas d’abord nous libérer des oppositions? L’état de l’esprit est une des choses les plus importantes qui soient. Les activités qui découlent de l’espoir ou du désespoir font obstacle à la compréhension ou à l’expérience de la mort. Le mouvement des oppositions doit cesser. L’esprit doit appréhender le problème de la mort avec une lucidité totalement nouvelle dans laquelle le processus familier de la récognition est absent.

— Je crains de ne pas comprendre cette déclaration. Je saisis vaguement l’importance qu’il y aurait pour l’esprit de se libérer du système des oppositions, bien que cela semble extrêmement difficile. Mais ce que je ne parviens pas à saisir, c’est comment parvenir à se libérer du processus de récognition.

La récognition est un processus qui appartient au connu, c’est le résultat du passé. L’esprit a peur de ce qu’il ne connaît pas. Si vous connaissiez la mort, vous ne la craindriez pas et n’auriez pas besoin d’explications élaborées. Mais il n’est pas possible de connaître la mort, car c’est quelque chose de nouveau, dont on n’a jamais fait l’expérience. Ce que l’on a expérimenté devient le connu, le passé et c’est à partir de ce passé et de ce connu que s’opère la récognition. Car aussi longtemps que ce mouvement du passé est agissant, le nouveau ne pourra être.

— Oui, en effet, je commence à comprendre.

Ce dont nous parlons pour l’instant n’est pas quelque chose à quoi réfléchir plus tard, il faut au contraire en faire l’expérience directe au fur et à mesure que nous parlons. Cette expérience ne peut être accumulée car dans ce cas elle deviendrait mémoire, l’agent de la récognition qui fait obstacle à ce qui est nouveau et inconnu. La mort, c’est l’inconnu. Le problème n’est pas de savoir ce qu’est la mort et ce qui se produit après elle, mais c’est plutôt que l’esprit puisse se débarrasser du passé, du connu. C’est seulement alors que l’esprit vivant peut entrer dans le domaine de la mort, et rencontrer la mort, l’inconnu.

— Voulez-vous dire que l’on peut connaître la mort alors même que nous sommes vivants?

La mort survient par accident, par la maladie ou la vieillesse, mais dans ces circonstances-là, il n’est guère possible d’être entièrement conscient. La douleur, l’espoir et le désespoir, la peur de l’isolement agissent, et l’esprit, le moi se débat consciemment ou inconsciemment contre la mort, contre l’inévitable. Et nous mourons en luttant désespérément contre la mort. Mais est-il possible – sans résistance, ni morbidité, sans tendances sadiques ou suicidaires, et alors que nous sommes pleinement vivants et mentalement vigoureux – d’entrer dans la maison de la mort? Ce serait possible, oui, si l’esprit était mort au connu, au moi. Et de la sorte, notre problème n’est pas la mort, mais bien que l’esprit parvienne à balayer des siècles d’expériences psychologiques accumulées, qu’il se libère de la mémoire sans cesse agissante, qui renforce le moi et le raffine.

— Mais comment y réussir? Comment l’esprit pourrait-il se libérer de ses propres limites? Il me semble qu’un agent extérieur est alors nécessaire, ou bien qu’il faille faire appel à la partie la plus noble et la plus élevée de l’esprit pour le purifier des traces du passé.

C’est là une solution assez complexe, ne croyez-vous pas? L’agent extérieur peut très bien être l’influence du milieu, ou encore quelque chose situé au-delà des limites de l’esprit. Si cet agent est l’influence du milieu, c’est cette influence elle-même, de par ses traditions, ses croyances et sa culture, qui a en fait suscité les limites de l’esprit. Si c’est par contre quelque chose au-delà de l’esprit, il n’est pas possible que la pensée, sous une forme ou sous une autre, puisse l’appréhender. Car la pensée est un avatar du temps ; elle est ancrée dans le passé et ne peut jamais s’en libérer. Si la pensée parvient à se libérer du passé, elle n’est plus la pensée. Il est tout à fait vain de spéculer sur ce qui peut exister au-delà de l’esprit. Car pour que cela puisse intervenir, il faut que la pensée, c’est-à-dire le moi, cesse radicalement. L’esprit doit être libéré de tout mouvement, il doit être immobile, mais sans qu’il y ait de motif à cette immobilité. L’esprit ne peut la rechercher. L’esprit peut bien diviser son propre champ d’activités – et le divise effectivement – en termes de noble et d’ignoble, de désirable et d’indésirable, d’élevé ou de bas, mais de telles divisions et subdivisions sont toujours contenues dans les limites même de l’esprit ; de sorte que tout mouvement de l’esprit, quelle que soit sa direction, n’est qu’une réaction du passé, du moi, du temps. C’est cette vérité seule qui est un facteur de libération et celui qui ne la perçoit pas, quoi qu’il puisse faire, restera toujours enchaîné. Toutes ses pénitences, ses vœux, sa discipline et ses sacrifices peuvent avoir un contenu sociologique et réconfortant, mais rien de tout cela n’a la moindre valeur par rapport à la vérité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s